Roz-sur-Couesnon

Roz (pour tertre ou colline) et Couesnon comme la rivière qui a divagué sur le territoire de la paroisse pendant des siècles jusqu’à la deuxième moitié du 19e Siècle, date à laquelle elle a été détournée vers le Mont St Michel.
Une grande diversité de paysages :
– Le bocage, les bois sur le Massif
– Le Marais que la mer a quitté depuis quelques millénaires
– Les polders conquis sur la mer à l’aide de digues
– La baie avec ses prés salés et l’immensité des territoires découverts par la mer à marée basse.

Elevage des agneaux prés salés baie du Mont St Michel / Pays Gallo

De Sainte Anne (commune de St Broladre) à Beauvoir, il y a 1400 Ha d’herbus (marais salés ou prés salés) dont plus de la moitié se situent sur la commune de Roz sur Couesnon. Sur ces vastes territoires broutent depuis le 10 e siècle, des moutons prés salés.
A Roz-sur-Couesnon,  plus de 3000 brebis  se nourrissent aujourd’hui des herbes que la mer vient recouvrir pendant les grandes marées, notamment la Puccinellie. Il s’agit du plus grand rassemblement de prés salés de Bretagne.
La race la plus rencontrée est la Suffolk (tête et pattes noires), espèce rustique et résistante.

Que faire, que voir à Roz-sur-Couesnon ?

Les sujets historiques et géographiques sont nombreux à Roz-sur-Couesnon :
– Le Manoir de La Rue
– Le lavoir du Douet curieux
– Le Château de Launay
– Le Corps de garde
– Les réservoirs
– Le village des Quatre salines et la Maison des Polders
– Les polders, les différentes digues dont celle de la Duchesse Anne et les fermes.
– Le Marais

Les polders de la baie du Mont Saint Michel / Bretagne Pays Gallo

Depuis des millénaires, la mer a déposé dans la baie des sédiments. Ces terres sont très convoitées par les populations locales notamment depuis le 10e siècle, époque à laquelle on a commencé à construire une digue sur des bancs coquilliers du Château Richeux à Sainte Anne. Cette digue dite de La Duchesse Anne fut poursuivie au 17e siècle jusqu’à St Georges de Gréhaigne.
L’homme entreprit d’assécher à plusieurs reprises les terres à l’approche du Mont St Michel mais ce furent toujours des échecs jusqu’en 1856. A cette date, Napoléon III accorda une concession de 4500 ha, dont 3500 ha côté ouest du Couesnon, à la Compagnie Mosselman et Donon afin de coloniser ces terres. Après avoir canalisé le Couesnon jusqu’en 1858, elle construisit jusqu’en 1834, des digues et des fermes pour exploiter ces terres très fertiles.

L’histoire du Couesnon

Le Couesnon est un petit fleuve côtier de 97,8 Kms qui prend sa source à Saint Pierre des Landes en Mayenne. Il a longtemps délimité dans ses derniers kilomètres,  jusqu’à son embouchure en Baie du Mont St Michel, la Bretagne et la Normandie.
Son cours a divagué pendant des siècles, côté Ouest du Mont jusqu’à Sainte Anne et la paroisse de Palluel, aujourd’hui située sur la commune de Roz Sur Couesnon, d’où le nom de cette commune.
Canalisé depuis la fin du 19 e Siècle, et bordé jusqu’à récemment, par la digue route, le Couesnon se jette face au Mont Saint Michel.

Les Hermelles ou Crassiers en Baie du Mont Saint Michel

Ce récif est un des étonnants trésors et patrimoine de la Baie du Mont Saint Michel. Des petits vers marins appelés communément « Hermelles », construisent ces édifices très fragiles qui présentent un grand intérêt écologique. Ils constituent l’habitat d’une cinquantaine d’espèces animales (crabes, crevettes, poissons, vers, mollusques….).
Ils recouvrent 250 Ha en Baie côté Bretagne et sont situés à 6 Kms de la côte. Ils découvrent lors de coefficients de marée supérieurs à 80.

L’histoire du sel en Baie du Mont Saint Michel / Pays Gallo

Depuis l’antiquité, la Baie du Mont St Michel a été l’objet de l’exploitation du sel par les populations locales.
Deux techniques d’extraction ont été utilisées :
– Le « Briquetage » consistait à obtenir une saumure très concentrée, puis après chauffage et évaporation,  un pain de sel d’environ 3 kgs était obtenu. Différents sites de bouilleurs de sel ont été découverts récemment à Roz sur Couesnon et Hirel.
– Le « Lavage » consistait à recueillir du sable sur les grèves, a le déposer dans des caisses. Puis, le sable était lavé par l’eau de mer. La saumure très concentrée était déposée dans des bassins en plomb, puis chauffée. Un sel très blanc était ainsi obtenu. Les résidus de sable issus de ces lavages  dénommés sablons,  étaient mis en tas et constituent aujourd’hui les « Mondrins. »
Cette exploitation s’est poursuivie jusqu’à la fin du 18e siècle côté Bretagne.

La pêche à pied Baie du Mont Saint Michel / Pays Gallo

Entre Cancale et le Mont St Michel, lors des grandes marées, le territoire de pêche est immense puisqu’il faut parfois marcher 8 kms pour atteindre certains lieux. Les nombreux pêcheurs amateurs se retrouvent sur l’estran pour ramasser des palourdes, coques, praires, bulots, couteaux, huitres creuses et plates, bigorneaux mais aussi pêcher la crevette grise ou rose, avec un dranet.
Attention !  il convient d’être pêcheur responsable. Les quotas et la taille sont réglementés.

Les pêcheries de la Baie du Mont Saint Michel/Pays Gallo

Déjà connue au Néolithique (2300 ans avant JC), cette technique de pêche est l’une des plus anciennes.
Les pêcheries sont fixes,  en forme de V avec la pointe dirigée vers le large. Les poissons s’y retrouvent prisonniers à marée descendante.
Elles sont construites côté Bretagne en bois et sont encore une vingtaine entre Saint Benoit et Cherrueix mais quelques-unes seulement sont encore exploitées.